Le plus court chemin vers le bon vin

La vinification est la suite logique de la vendange qui a généralement lieu en automne. Ce procédé reste de loin la plus importante parce que les arômes, les couleurs et les saveurs de tous les vins en dépendent. En ce qui concerne le vin rosé, son élaboration respecte deux méthodes à la fois distinctes et délicates : la saignée et le pressurage direct. Dans certains cas, cette couleur s’obtient également par un mélange finement pensé de vin rouge et de vin blanc. Puisque tout le monde n’est pas forcément amateur de grand vin, ce petit dossier va vous permettre d’en comprendre la complexité ainsi que les subtilités.

Le rosé de saignée

Dans les vieilles vignes, la saignée s’apparente à une technique de concentration des vins rouges, à la différence près qu’une plus grande quantité de jus sera éliminée de manière à obtenir un résultat légèrement corsé, mais avec plus de fraîcheur. Le Cabernet Franc, les Coteaux du Languedoc, le Syrah et les Côtes du Roussillon en sont la preuve vivante.

Il faut toutefois savoir que cette méthode de fabrication est d’ores et déjà en phase avec les pratiques actuelles qui consistent à séparer avec la plus grande finesse le jus et les parties solides. Il s’agit de l’égrappage, une étape qui précède le foulage. Il s’ensuit une courte période de macération qui dure généralement entre 12 heures et 24 heures. C’est cet ensemble de procédés qui détermine la coloration du moût. Une fois qu’on a réussi à obtenir la maturité souhaitée, on peut passer à l’écoulage (récupération du jus).

Le rosé de pressurage

Le pressurage direct est une méthode un tantinet similaire à la fabrication du vin blanc. Tout comme les rosés de saignée, l’égrappage est une étape obligatoire visant à différencier les baies des raisins des squelettes, également connues sous le nom de « rafles ». Les raisins collectés sont ensuite placés dans un grand récipient où ils seront pressés étape par étape jusqu’à obtenir la teinte idéale. D’une manière générale, les vins issus du pressurage direct ont une couleur pâle, mais cela n’affecte en rien leur fraîcheur, leur légèreté et leurs saveurs. Des noms prestigieux comme les Vins de Provence, le Grenache et les Vins de Bourgogne sont issus des rosés de pressurage direct.

Le débourbage et les autres étapes

À cette étape de la fabrication du vin, les rosés de saignée sont au même stade que les rosés de pressurage direct. Les moûts contiennent des bourbes (pépins, particules grossières, vestiges de feuilles…) qui sont retirées au moyen de deux techniques : la centrifugation et la stabilisation. C’est le débourbage. Les procédés restant sont identiques à l’élaboration du vin rouge et du vin blanc : fermentation, élevage, finitions et embouteillage.

Outre la dégustation œnologique, la participation à des ateliers de cuisine créative constitue aussi une excellente alternative pour connaître les différents procédés de fabrication du vin rosé. Mieux encore, vous pouvez y apprendre les accords mets et vins, y découvrir les meilleurs grands crus, etc. En voilà une excellente idée d’activité de vacances pour les grands tandis que les enfants s’adonneront à leurs propres loisirs créatifs.