Le plus court chemin vers le bon vin

production de vin

Drosophila suzukii est un type de ravageur originaire asiatique qui a été observé pour la première fois dans les vignobles du Sud-Ouest français. Drosophila suzukii Diptera s’attaque à de nombreuses espèces fruitières, mais notamment à des petits fruits rouges est au raisin. C’est sans doute un des impacts négatifs de la mondialisation…

Quels sont les plus gros dégâts de Drosophila suzukii ?

vin

Un moucheron envahi les vignes

Drosophila suzukii diptera est une espèce invasive de moucherons qui ont la fâcheuse particularité d’infester les fruits qui sont encore sur la plante, avant d’être récoltés. Les femelles de cette espèce de drosophile pondent centaines d’œufs à l’intérieur de ces fruits et, dès leur éclosion, leurs larves s’alimentent de la pulpe, provoquant son oxydation et dégradation. De plus, la blessure causée sur les grappes ou cerises devient un terrain propice pour différentes espèces de champignons.

Peut-on reconnaître facilement Drosophila suzukii ?

La reconnaissance de l’adulte est la seule méthode de confirmation de l’espèce de drosophile suzukii. Même si elle a une apparence très similaire à la drosophile commune, les mâles adultes de cette espèce mesurent entre 2.6 et 3.4 mm et sa reconnaissance se fait surtout grâce aux deux taches noires visibles sur ses ailes. Pour pouvoir identifier une femelle, on doit utiliser une loupe binoculaire et observer les ovipositeurs, les plus gros de leur espèce.

Quelles sont les méthodes de contrôle de Drosophila suzukii ?

Du moins à l’heure actuelle, il n’est pas obligatoire d’introduire la protection de ce type de ravageur. Néanmoins, des mesures prophylactiques simples et tests fondamentaux doivent quand même être mises en place sans délai, comme par exemple le tri manuel des grappes atteintes ou l’effeuillage. Il existe des études sur l’application de la kaolinite pour rendre les grappes moins visibles pour la Drosophila suzukii et le plan de travail de ces experts comporte actuellement un projet pour faire la lumière sur la sensibilité variétale de la vigne à ce nouveau ravageur.

Après les violents orages de grêle début août, ce sont les pluies diluviennes qui ravagent le Gard, l’Hérault ou encore l’Aude. En particulier, les viticulteurs subissent de plein fouet ces orages dévastateurs qui interviennent en pleine vendange.

Alors que les récoltes avaient commencé en septembre, il est désormais impossible de poursuivre les vendanges dans les régions sinistrées: les allées sont complètement inondées et impraticables. A cela s’ajoute le fait que certaines vignes ont été limonées en raison des flots de boue endommageant la qualité des grappes de raisin et mettant ainsi en péril les récoltes pour la plupart inachevées.

vin

Inondations

Ce sont plusieurs milliers d’hectares de vignes que les viticulteurs déplorent suite aux puissantes inondations. Les vignerons décrivent la violence des intempéries et commencent à faire l’état des lieux de l’ampleur des dégâts: des vignes arrachées par les vents importants et la puissance des crues en passant par les installations pour maintenir les vignes droites complètement arrachées, les résultats sont terrifiants.

La négligence de l’entretien des rivières par les pouvoirs publics est notamment dénoncée par les viticulteurs. Ce n’est pas tout, le matériel utilisé par les viticulteurs a lui aussi subi des dégâts comme l’engluement des appareils mécaniques dans la boue ou encore du matériel dégradé en raison des vignes décimées.

Les épisodes de grêle associés aux inondations spectaculaires mettent en danger la qualité du millésime 2014 dans les vignes du Sud-est qui n’ont pu être récoltées pour la plupart qu’à moitié avant de subir ces puissantes intempéries à répétition.

 C’est sans surprise que les viticulteurs voient à nouveau leurs cultures sauvées par l’été indien.

Cette période est ensoleillée et radoucie entre le mois de septembre et celui de novembre. Elle favorise une bonne vendange dans les cas où le climat ne s’est pas montré très clément au cours de l’année.

La grande surprise

Cette année, les conditions climatiques n’ont pas été avantageuses pour les viticulteurs français. Heureusement, le soleil de septembre leur a redonné le moral. Ce mois de septembre particulier leur a permis de faire une bonne récolte. Boris Calmette, le président des Vignerons coopérateurs de France avouait d’ailleurs le 28 octobre 2014 que les vignerons ont eu droit à un climat idéal, chaud et sec.

Cependant, il reconnaît que la baisse des récoltes concurrentes a favorisé la prise de la première place par la France dans le domaine. Cette année, la France a produit 45 millions d’hectolitres de vin.

vin

Les récoltes de vins sauvées par l’été indien

La récolte bordelaise

Il est noté que dans certaines régions de France, les récoltes ont particulièrement été très bonnes. Le vin bordelais a obtenu de satisfaisants résultats comparativement aux années précédentes. Plus de 5 millions d’hectolitres de Bordeaux ont été récoltés cette année.

Les perdants

Dans certaines régions de France, les vignobles ont fait face à de grandes baisses de production. Cette année n’a en effet pas été favorable pour le Languedoc-Roussillon qui a affiché une baisse de 10 %.

La région alsacienne est celle qui n’a produit qu’un million d’hectolitres. Boris Calmette remarque qu’il devient difficile pour les vignobles de garder leurs parts de marché lorsqu’ils n’ont aucun stock. Cependant, ce stock inexistant leur permet d’appliquer de bons prix sur les produits disponibles.

Paysage inattendu dans le sud de l’Éthiopie où perchés à 1600m d’altitude, s’étendent 160 hectares de Cépages.


C’est dans ce pays synonyme de sècheresse et de famine aux yeux du monde, que le groupe Français Castel a installé ses vignes depuis 2007 et tirera sa première cuvée cette année.

production de vin

Première récolte en Éthiopie

C’est Meles Zenawi, premier ministre du pays à l’époque, qui a demandé au groupe Français n°3 mondial du vin, de venir produire sur ses terres un vin Éthiopien de qualité qui serait destiné à l’exportation.
Souhaitant attirer les investisseurs étrangers afin d’industrialiser l’Éthiopie, tout en permettant au pays un revenu intermédiaire d’ici 2025, Meles Zenawi pensait qu’un vin « made in Éthiopie » était idéal pour améliorer l’image du pays.

Même si la tradition vinicole en Éthiopie remonte à la première moitié du XXe siècle, Awash Winery produit des vins plutôt sirupeux, adaptés aux goûts locaux, mais bien loin des normes œnologiques mondiales.
Aussi, malgré une bureaucratie pesante, des infrastructures limitées et une faible sécurité pour les investisseurs, Castel s’est lancé dans l’aventure vinicole en Éthiopie, en investissant en 2007 20millions d’euros dans le premier vignoble à capital étranger.

Plantées à Ziway, ces vignes importées de France profitent de conditions favorables, avec un sol contenant beaucoup de sable et des saisons de pluie courtes. De plus la main d’œuvre y est abondante et bon marché.
Considérant ses premiers bénéfices pour 2016, le groupe Français projette déjà d’agrandir le vignoble pour viser les trois millions de bouteilles annuelles.

Castel produit une marque haut-de-gamme dénommée Rift Valley et un vin d’assemblage, l’Acacia.

 

La France est reconnue pour les vins qu’elle produit : ceux ci sont exportés ou consommés intra muros.

Parmi ces vins, le rosé a longtemps eu mauvaise réputation mais il gagne du terrain et s’est fait une véritable place près des vins blancs et des vins rouges.

production de vin

Production de vin rosé

La production française de vin rosé

En 2010, la France produisait 6,5 millions d’hectolitres de vin rosé, soit 26% de la production mondiale. Elle est suivie de près par l’Italie, puis loin derrière les États Unis, l’Espagne, etc…
Dans l’ordre décroissant, voici les régions de France qui produisent ce rosé : la Provence arrive en tête, puis la Loire, Bordeaux, le Rhône, le Roussillon, etc…

La France est aussi le premier consommateur de vins rosés dans le monde : avec 35% de la production mondiale, soit 7,6 millions d’hectolitres, un français consomment environ 12 litres de rosé par an. En France, depuis une dizaine d’années, le rosé est plus vendu que le vin blanc dans les GMS.

L’importation de vins rosés

Malgré cette première place dans la production, l’Hexagone est obligé d’importer car sa production ne suffit pas à combler la consommation des français. Selon l’Observatoire mondial des vins rosés, la France est même le premier importateur.

Ainsi, ces importations ont doublé entre 2002 et 2012 pour atteindre 2 millions d’hectolitres, principalement en provenance d’Espagne. Cette situation risque de continuer puisque la production française a diminué de 3% (16% pour l’ensemble des vins) sur ces deux dernières années alors que la consommation a tendance à augmenter.

Plusieurs études récentes ont démontré que les Chinois consomment désormais plus de vin rouge que les Français.

L’étude la plus récente sur le sujet a été réalisée par Vinexpo (Salon international du vin et des spiritueux) en collaboration avec IWSR, un cabinet de recherche britannique sur la question des vins et spiritueux.

chine

La Chine consomme plus de vin que la France

L’engouement de la Chine pour le vin rouge

Non seulement la Chine est devenue en l’espace de quelques années (durant la période comprise entre 2007 et 2013) le premier consommateur de vins, mais elle a d’autant plus détrôné la France puisque c’est notamment de vin rouge (spécialité hexagonale) dont il s’agit.
Le penchant de la Chine pour le vin rouge est un fait constant puisque dans la dernière décennie, de nombreux investisseurs chinois ont acquis des domaines viticoles en région bordelaise.
Les chiffres sont d’ailleurs parlants puisque l’étude entreprise par Vinexpo/IWSR montre qu’entre 2007 et 2013, la consommation de vin rouge en Chine a connu une croissance de 175,4%, soit 2,75 fois plus qu’avant 2007. Cela représente à peu près quelques 155 millions de caisses de vins vendues en Chine en 2013 (soit 1,865 milliards de bouteilles de vin rouge), contre seulement 150 millions de caisses en Hexagone (soit 1,8 milliards de bouteilles).
Dans l’ensemble, il faut noter que si la Chine est devenue le premier consommateur mondial de vin rouge, elle n’est qu’au cinquième rang des pays consommateurs de vin (tous types confondus) en général.

Vins de France ou vins de Chine ?

Si la Chine est désormais le premier consommateur mondial de vin rouge, elle figure également en bonne place parmi les pays producteurs de vins puisqu’elle se hisse à la cinquième position mondiale. Selon l’étude de Vinexpo/IWSR le vin rouge consommé en Chine est à 80% produit en Chine.
Néanmoins, le vin rouge français demeure toujours très apprécié et consommé en Chine puisque le volume des importations de vins (notamment français) représente actuellement près de 19% de la consommation chinoise en la matière.

Les vendanges sont terminées et le bilan n’est pas gratifiant dans le Bordelais.

En effet, selon les propriétaires-récoltants, le millésime 2013 est inquiétant. Il faut remonter à 1991 pour obtenir une récolte aussi faible.

Bordeaux

La production de Bordeaux en baisse

Pourquoi un tel désastre dans le Bordelais ?

D’abord, il faut accuser la météo : deux orages de grêle, cet été, ont touché 22 000 hectares d’Entre-deux-mers. Ensuite, il faut se souvenir que le printemps fut froid et très pluvieux.

Cela a ralenti la croissance des grappes dont les grains étaient plus petits et moins nombreux.

Une récolte vraiment faible

Dans certains vignobles, la récolte est divisée par deux. La chute de cette production est inquiétante car certains parlent d’une récolte d’environ 4 millions d’hectolitres soit quasiment un tiers de pertes.

En 2008, la récolte était de 4,8 Mhl et en 1991, véritable désastre, on avait touché le fond avec 2,6 Mhl.

Quelles seront les conséquences ?

Certains viticulteurs risquent d’être obligés de reporter des investissements prévus de longue date. Ils vont aussi de perdre des marchés dans la mesure où ils ne pourront pas honorer les commandes. Quand le client se tourne vers un autre fournisseur, ce n’est jamais bon.

Au-delà de ces pertes pour les propriétaires, c’est toute la filière viticole qui pourrait être touchée. Dans la mesure où les quantités de vin sont insuffisantes, les verriers fabriqueront moins de bouteilles.

Les fabricants de bouchons, les imprimeurs d’étiquettes verront aussi leurs commandes réduites

Quant au consommateur, il paiera son Bordeaux plus cher même si les grandes surfaces font pression pour limiter cette augmentation. Ce devrait être les vins en vrac qui seront les plus touchés.

Bientôt plus de vin sur nos tables…

L’écart entre l’offre et la demande mondiale de vin a atteint son plus bas niveau,
depuis 40 ans. C’est ce qu’a révélé une étude de la banque américaine, Morgan Stanley.

production de vin

Vers une pénurie de vin ?

En en croire ses résultats, la production mondiale ne cesse de baisser, au moment où la demande, elle, ne cesse de croître. Selon Morgan Stanley, l’arrivée de nouveaux consommateurs (des pays émergents comme la Chine et la Russie) a fortement contribué à creuser l’écart entre l’offre et la demande.

En effet, selon le Business Insider, la consommation par habitant de vin en Chine s’est vue multipliée par quatre au cours des 5 dernières années. Les producteurs historiques, la France, l’Espagne et l’Italie ont, au même moment, vu leur production baisser depuis le début des années 2000. Et malgré l’entrée sur le marché de nouveaux producteurs comme l’Afrique du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’offre devrait demeurer inférieure à la demande.

Les chiffres sur la pénurie de vin

300 millions de caisses, c’est le niveau de l’écart entre demande et offre sur le marché mondial du vin. Alors qu’en 2004, la production mondiale se situait à 600 millions de caisses de bouteilles, elle est tombée à 1 million de bouteilles en 2012.

Ce déclin est en grande partie dû à la baisse des capacités de productions. Si les prévisions de pénurie se confirmaient, le verre de rouge pourrait, selon Morgan Stanley, atteindre des « prix étourdissants ». Les experts du vin se veulent, malgré tout, rassurants et observent une reprise à la hausse de la production qui devrait dissiper toute crainte de pénurie.

Il est désormais facile de pouvoir investir dans le vin. En effet, de nombreuses plateformes se spécialisent dans cette activité.

C’est ainsi que vous pouvez choisir un millésime d’un grand cru en espérant, de ce dernier, que sa côte augmente.

vin

Investir dans le vin

L’avantage d’un investissement dans ce produit est multiple. D’abord, mis à part une catastrophe sanitaire, le marché des grands crus ne cesse d’augmenter. Pour plusieurs raisons.

La première est le nombre de plus en plus faible de bouteilles disponibles au fur et à mesure qu’elles se boivent. Et, bien sûr, inversement, leurs prix augmentent. La seconde est la qualité du vin qui, pour les bons crus, se bonifie en vieillissant. De fait, il a été constaté que le cours moyen des vins a progressé de 18% en deux ans quand le cours du Cac40 n’augmentait que de 8.7% (entre 2011 et 2013). Enfin, le cours d’un cru peut augmenter aussi très rapidement si ce dernier obtient une bonne note par des critiques comme Robert Parker, par exemple.

Mais il faut faire attention, car, comme lorsqu’on joue en bourse, il est important de savoir aussi vendre au bon moment. L’intérêt sera alors de savoir quel est le but recherché en investissant dans le vin. Voulez vous faire un «coup» ? Ou bien voulez vous placer votre argent en choisissant le vin comme placement sûr ?

En tout état de cause, le vin est, à n’en pas douter, un placement qui vous permettra de lier plaisirs et investissements.

Si le sujet vous intéresse, allez faire un tour sur cette page de nos amis de Cavissima pour plus d’explications.

La production mondiale de vin tend à la hausse et fait pourtant face à un étonnant paradoxe. En effet, si le nombre d’hectolitres produits dans le monde augmente, la surface des vignobles tend à se réduire. Deux facteurs majeurs expliquent ce paradoxe : un climat plus clément qu’en 2012 et une forte augmentation de la productivité.

production de vin

production de vin

Un climat mondial clément

Les récoltes de 2013 ont été quantitativement plus importantes qu’en 2012. Le climat, à l’échelle mondiale, a été davantage avantageux pour les producteurs. Ces observations se manifestent dans les principales régions productrices.

Le continent européen, avec à sa tête la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, a vu ses statistiques revues à la hausse par rapport à 2012. Selon l’Organisation Mondiale des Vignes et du Vin, si l’Europe représente près de 60% de la production mondiale, l’Espagne a vu sa production nationale grimper de près de 25%, tandis que l’Italie et la France ont observé des augmentations significatives de l’ordre de 2% et 7%.

L’Allemagne est l’unique cas enregistrant une baisse de la production, à hauteur de 1%. Cette tendance de hausse de la production est également observable aux États-Unis, en Australie, au Chili ou encore en Nouvelle-Zélande qui comptent parmi les plus importants producteurs mondiaux.

Une augmentation de la productivité

Une tendance se dessine : les terres viticoles se raréfient. Entre 2012 et 2013, on estime à 15000 le nombre d’hectares de vignobles en moins dans le monde.

Ce constant est principalement observable en Europe. Si la surface viticole globale diminue alors que la production croît, cela provient d’une augmentation de la productivité.

Les avancées technologiques favorisent un meilleur rendement viticole.